Il est toujours bon d’avoir des amis !

Une étude dans le Kidney International nous rappelle l’importance des amis dans la prise en charge des maladies chroniques. En effet, Dunkler et coll. ont réussi à démontrer que la taille du réseau social diminue l’incidence et la progression de l’insuffisance rénale chronique (IRC) chez les patients avec un diabète de type 2 ! tu-saus-que-tu-es-fan-de-friends-quand Ils ont étudié près de 7’000 participants de l’étude ONTARGET (Ongoing Telmisartan Alone and in Combination with Ramipril Global Endpoint Trial) en mesurant la progression de l’IRC qui va survenir chez près d’un tiers des patients sur une période de 5.5 ans. Cette progression est  comparée (entre autre) à la taile du réseau social. La taille du réseau social est déterminée par un un questionnaire comprenant 4 points  [entre crochet,  je vous met les résultat en médiane avec les interquartiles entre parenthèse]. Il faut pouvoir nommer les personnes auxquelles vous pensez pour répondre.

  • Combien de personnes connaissez-vous personnellement avec qui vous intéragissez et qui partagent vos intérêts ? [4 (2-10)]
  • Combien d’amis ou de membre de la famille avez-vous avec qui vous pouvez parler franchement ? [3 (2-6)]
  • Combien d’amis avez-vous qui peuvent arriver chez vous à l’improviste et pour lesquels vous ne serez pas embarassé si la maison n’est pas bien tenu ? [3 (1-6)]
  • En ne comptant pas ceux avec qui vous vivez, a combien de personnes  rendez-vous visite ou vous rendent visite dans une semaine [3 (2-6)]

Ils n’ont pas d’explications claires pour ce résultat surprenant, à savoir que l’absence de réseau social augmente le risque de développer une insuffisance rénale chronique. Dans tous les cas, prenez soin de vos amis !

Source

  1. McClellan WM, Doran JJ: Friends, social networks, and progressive chronic kidney diseaseKidney International 2015, 87:682–684.
  2. Dunkler D, Kohl M, Heinze G, Teo KK, Rosengren A, Pogue J, Gao P, Gerstein H, Yusuf S, Oberbauer R, Mann JFE, Investigators FTO: Modifiable lifestyle and social factors affect chronic kidney disease in high-risk individuals with type 2 diabetes mellitusKidney International 2014, 87:784–791.
  3. ONTARGET Investigators, Yusuf S, Teo KK, Pogue J, Dyal L, Copland I, Schumacher H, Dagenais G, Sleight P, Anderson C: Telmisartan, ramipril, or both in patients at high risk for vascular events. N Engl J Med 2008, 358:1547–1559.

Tags:, , ,

Catégories : Néphrologie

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :