Les chélateurs du phosphate

L’hyperphosphatémie fait partie des complications de l’insuffisance rénale chronique. On sait, depuis l’étude de Block et coll. en 1998, qu’elle augmente la mortalité. Il faut dès lors corriger cette anomalie est espérant améliorer la survie, même si aucune étude ne l’a, pour l’instant, démontré.

Un certains nombre de médicaments peuvent être introduit pour diminuer le phosphate, quand les restrictions diététiques sont insuffisantes (800-1000 mg de phosphore par jour).

Il existe des chélateurs du phosphate sur base calcique (Carbonate de calcium, Acétate de calcium et Acétate de calcium avec carbonate de magnésium) et des chélateurs sans calcium (Sévélamer, Lanthane et chélateur à base de fer). Je vais rapidement les passer en revue.

Capture d’écran 2015-03-27 à 21.37.47

Tiré de la troisième référence (voir Source)

Carbonate de calcium (1 cpr de 500 mg = 125 mg de calcium élémentaire)

  • Fixateur phos-calcique Bichsel caps 500 mg
  • Fixateur phos-calcique Bichsel caps 1000 mg
  • Calcium Carbonat Salmon Pharma 500 mg

Acétate de calcium 

  • Calcium Ac fixat phos Bichsel caps 400 mg (1 cpr = 92.5 mg de calcium élémentaire)
  • Calcium Acetat Salmon Pharma 500 mg (1 cpr = 125 mg de calcium élémentaire)

Sévélamer

  • Renagel® cpr pell 800 mg (Sévélamer hydrochloride)
  • Renvela® cpr pell 800 mg (Sévélamer carbonate)
  • Renvela® pdr 2.4 g (Sévélamer carbonate)

Lanthane

  • Fosrenol® cpr mâcher 500 mg
  • Fosrenol® cpr mâcher 750 mg
  • Fosrenol® cpr mâcher 1000 mg

Acétate de calcium et carbonate de magnésium

  • Osvaren® cpr pell

Complexe d’oxyhdroxyde de fer (III) de saccharose et d’amidon
Le nouveau venu dans l’arsenal des chélateurs du phosphate est  à base de fer. Je vous en avais déjà parlé dans ce billet Le fer bon à tout faire. Il a maintenant été accepté par Swissmedic  L’argument de l’étude de phase III publié l’année dernière est qu’il faut moins de comprimés de Velphoro® (en moyenne 3) pour contrôler le phosphate qu’avec le Renagel® (en moyenne 8). La compliance serait dès lors meilleure (?)

  • Velphoro® cpr mâcher 500 mg

On débute d’habitude par un chélaeur à base de calcium, en ne dépassant pas la dose de 1500 mg de calcium élément (12 cpr d’Acétate de calcium 500 mg, par exemple). Si cela ne suffit pas, on rajoute alors un chélateur sans calcium. Si le calcium est élevé, on évite les chélateurs à base de calcium. Si l’on en croit les études qui se sont intéressées aux calcifications artérielles, on évite aussi les chélateurs à base de calcium !

En terme d’efficacité, il y a probablement des différences, mais le meilleur chélateur est et reste celui que le patient prend !

Voir aussi

Bilan phosphocalcique (Bon, cette page date un peu, vu que je parlais de la venue prochaine du Renvela® !)
Le magnésium comme chélateur du phosphate
Le fer bon à tout faire (Je parle, entre autre, du futur Velphoro® qui s’appelait alors le PA21)

Source

  • Block GA, Hulbert-Shearon TE, Levin NW et al. Association of serum phosphorus and calcium x phosphate product with mortality risk in chronic hemodialysis patients: a national study. Am J Kidney Dis 1998; 31: 607–617.
  • Cannata-Andía JB, Martin KJ: The challenge of controlling phosphorus in chronic kidney disease. Nephrology Dialysis Transplantation 2015:1–7.
  • Hutchison AJ: Novel phosphate binders: plus ça change, plus c’est la même chose. Kidney International 2014, 86:471–474.

Image vedette   

Tags:, , , , , ,

Catégories : Insuffisance rénale chronique, Néphrologie

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

2 Commentaires le “Les chélateurs du phosphate”

  1. de Tonnac
    7 juin 2017 à 15:15 #

    Bonjour,

    Je ne suis pas du domaine médical mais je m’interroge sur le mécanisme de chélation du phosphate. Par définition, la chélation concerne les métaux ou cations (tels que le cuivre, le zinc… par exemple). Je comprends bien l’intérêt des chélateurs de phosphate dans le cas d’hyperphosphatémies, mais que se produit-il mécaniquement dans l’organisme des patients ? Comment l’agent chélatant (généralement à base de calcium) peut-il fixer/attraper l’ion phosphate qui est négatif ? A quel niveau les chélateurs de phosphate interviennent-ils (sang ou intestin) ? Pouvez-vous répondre à la question du mécanisme par un schéma ?
    Par avance, merci pour vos réponses. Cordialement. Auriane

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :