Le profil de sodium

Publié par

Le profil de sodium consiste à utiliser des concentrations variable de sodium durant la séance de dialyse pour essayer de diminuer les épisodes d’hypotension ou de crampe. Les machines de dialyse actuelles permettent de choisir différents profils (diminution progressive, en escalier, etc.) 

En général, une concentration de sodium élevée est utilisée en début de dialyse durant la période de diffusion maximum de l’urée (en début de dialyse), permettant ainsi de supporter le remplissage depuis l’interstice. La concentration de sodium peut ensuite être réduite. Il faut toutefois faire attention à conserver une dialyse isonatrique (sodium avant dialyse = sodium après dialyse) et à ne pas « trop saler » les patients.

À ce jour, aucune étude randomisée-contrôlée n’a démontré un avantage à long terme de l’utilisation de ce mode de traitement par rapport à l’utilisation de concentrations constantes de sodium dans le dialysat.[1] D’autres stratégies pour maintenir la stabilité hémodynamique comme la modulation de de la température du dialysat peut être bénéfique, sans risque d’imposer une charge de sodium.[2] On peut être tenté d’utiliser un profil de sodium si l’on voit moins d’hypotension durant la dialyse mais il faut se rendre compte des effets indésirables. Les EBPG pour l’hémodialyse ne recommande pas l’utilisation de profil de sodium pour la pratique de routine.[3]

Une étude récente, tiré de DOPPS, tend plutôt à conclure que l’utilisation de profil de sodium augmenterait la mortalité.[4] C’est peut-être parce qu’on y a recours car le patient est « plus malade ».

Capture d’écran 2019-03-30 à 17.09.15

Je n’utilise personellement pas les profils de sodium.

Source

  1. Lameire et coll. Did 20 years of technological innovations in hemodialysis contribute to better patient outcomes? Clin J Am Soc Nephrol 2009; 4: 30
  2. Song et coll. Effect of sodium balance and the combination of ultrafiltration profile during sodium profiling hemodialysis on the maintenance of the quality of dialysis and sodium and fluid balances. J Am Soc Nephrol 2005; 16: 237
  3. Kooman et coll EBPG guideline on haemodynamic instability. Nephrology Dialysis Transplantation 2007, 22: 22
  4. Dasgupta et coll. Associations between Hemodialysis Facility Practices to
    Manage Fluid Volume and Intradialytic Hypotension and
    Patient Outcomes. Clin J Am Soc Nephrol 2019; 14: 385

6 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article, et votre blog de manière générale.
    Que pensez-vous d’un volume plasmatique trop bas en fin de dialyse? Je descends à -15 parfois -20, est-ce que c’est dangereux? Dans mon centre de dia ils ne savent pas trop d’où ça vient.
    Merci
    Cordialement
    Jean.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.