Lien entre c-mip, cHL et MCNS…

Le journal-club de cette semaine va être plus difficile à résumer que d’habitude!

Le professeur Martin a décidé de nous parler d’une étude parue dans Blood au mois de mai de cette année intitulée « Occurence of minimal change nephrotic syndrome in classical Hodgkin lymphoma is closely related to the induction of c-mip in Hodgkin-Reed Sternberg cells and podocytes« . Par chance, tout est dans le titre!

On pense habituellement que les lésions glomérulaires minimes idiopathiques (minimal change nephrotique syndrome = MCNS) sont d’origine immunologique avec un facteur circulant que l’on n’aurait pas encore mis en évidence.

L’équipe de Audard et coll. a remarqué l’association entre la MCNS et le lymphome de Hodgkin classique (classical Hodgkin lymphoma = cHL) et se pose la question d’une base plutôt moléculaire. Dans une étude préalable, il avait déjà mis en évidence la présence d’un mécanisme moléculaire conduisant à la MCNS, à savoir un nouveau gène pour c-maf-inducing protein (c-mip). [J Exp Med 2003; 198: 797]

Cette protéine c-mip agirait en diminuant l’activité de NF-κB et en interagissant avec la filamine A, c’est à dire avec le cytosquelette.

En reprenant le matériel obtenu  (biopsie ganglion & biopsie de reins) chez des patients ayant une MCNS et un cHL (MCNS-cHL), ils ont pu montré que c-mip est présent chez les patients présentant ces 2 pathologies, mais pas chez les patients ayant uniquement un cHL. De même, l’étude des cellules de Hodgkin-Reed Sternberg (HRS cells) et des podocytes retrouvent la présence de cette protéine c-mip.

Il faut revenir ensuite à la physiologie normale et se rappeler que la cellule T est maintenu dans un état de veille par un mécanisme implicant la phosphorylation par Fyn à l’intérieur de la couche lipidique de la membrane de phospho-protéines associées à des micro-domaines enrichis en glycosphingolipides (PAG). L’interaction Fyn/PAG pourrait  interagir avec c-mip et c’est ce qu’il montre par après dans leur papier en montrant principalement qu’un déficit de Fyn entraîne une sur-régulation de c-mip.

…c-mip is selectively induced both in podocytes and in HRS cells in patients with cHL-MCNS…

The identification of Fyn and c-mip binding partners in podocytes will be essential for a thorough understanding of the pathophysiology of this disease

Cette étude est intéressante car elle part d’observations cliniques (association lésions glomérulaires minimes et lymphome de Hodgkin) pour en chercher une cause moléculaire (augmentation c-mip en raison baisse Fyn).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.