La variabilité tensionnelle: un nouveau facteur de risque cardiovasculaire ?

Voici l’excellente présentation de la Pr Antoinette Pechère-Bertschi lors de la 8ème Journée Romande d’Hypertension.

Cliquer sur l’image pour télécharger la présentation au format PDF (1.2 Mo)

Capture d’écran 2013-08-26 à 19.34.06

Les mécanismes par lesquels l’hypertension artérielle (HTA) entraîne une atteinte d’organe ou un accident cardiovasculaire sont mal définis. Dans les études cliniques, on prend en compte la pression artérielle (PA) usuelle (= »vraie »). La variabilité clinique de la PA, la PA maximale, l’effet des classes thérapeutiques sur ces paramètres ont été peu étudiés. Les recommandations sont de ne pas traiter une HTA épisodique, ni de se soucier de la variabilité tensionnelle d’une visite à l’autre. Cette variabilité est plus considérée comme un obstacle à une bonne lecture tensionelle, que comme un paramètre d’intérêt.

La PA est une variable continue. Elle varie à chaque battement cardiaque, d’une minute à l’autre, d’une heure à l’autre, le jour et la nuit. Les source de variabilité tensionelle sont multiples.[1]

Capture d’écran 2013-08-26 à 18.46.09

Il existe une variabilité saisonnière.[2] Il y a une différence entre le jour et la nuit avec un pic matinal (« morning surge »). Plus le pic est haut, plus le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) lacunaire est élevé.[3]

Il faut ensuite documenter la variabilité, soit par mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) ou par automesure à domicile. La variabilité d’un jour à l’autre de la PA systolique et de la fréquence cardiaque ajoute à la stratification du risque basée sur de simples moyennes d’automesure.[4] Une HTA « stable » à un meilleur pronostic.[5]

L’analyse des différentes classes thérapeutiques favorise les anti-calciques pour réduire la variabilité tensionnelle, ainsi que certains diurétiques n’agissant pas sur l’anse de Henle (indapamide).[6] On peut également proposer le yoga du rire, de marcher à la pause de midi, de dormir et de bouger.[7-10] La dénervation rénale aurait aussi un effet bénéfique sur la variabilité tensionelle.[11]

La variabilité tensionnelle d’une visite à l’autre prédit fortement les AVC et les événements coronariens, indépendamment de la PA systolique moyenne, de la PA ambulatoire diurne et de la variabilité de la PA sur 24h. Pour une prévention cardiovasculaire efficace, les médicaments anti-hypertenseurs devraient non seulement réduire la PA, mais également la variabilité tensionnelle !

Source

1. Parati G, Ochoa JE, Lombardi C, Salvi P, Bilo G: Assessment and interpretation of blood pressure variability in a clinical setting. Blood Press. 2013.

2. Aubinière-Robb L, Jeemon P, Hastie CE, Patel RK, McCallum L, Morrison D, Walters M, Dawson J, Sloan W, Muir S, Dominiczak AF, McInnes GT, Padmanabhan S: Blood pressure response to patterns of weather fluctuations and effect on mortality. Hypertension 2013, 62:190–196.

3. Kario K, Pickering TG, Umeda Y, Hoshide S, Hoshide Y, Morinari M, Murata M, Kuroda T, Schwartz JE, Shimada K: Morning surge in blood pressure as a predictor of silent and clinical cerebrovascular disease in elderly hypertensives: a prospective study. Circulation 2003, 107:1401–1406.

4. Kikuya M, Ohkubo T, Metoki H, Asayama K, Hara A, Obara T, Inoue R, Hoshi H, Hashimoto J, Totsune K, Satoh H, Imai Y: Day-by-day variability of blood pressure and heart rate at home as a novel predictor of prognosis: the Ohasama study. Hypertension 2008, 52:1045–1050.

5. Rothwell PM, Howard SC, Dolan E, O’Brien E, Dobson JE, Dahlöf B, Sever PS, Poulter NR: Prognostic significance of visit-to-visit variability, maximum systolic blood pressure, and episodic hypertension. Lancet 2010, 375:895–905.

6. Webb AJS, Fischer U, Mehta Z, Rothwell PM: Effects of antihypertensive-drug class on interindividual variation in blood pressure and risk of stroke: a systematic review and meta-analysis. Lancet 2010, 375:906–915.

7. Dolgoff-Kaspar R, Baldwin A, Johnson MS, Edling N, Sethi GK: Effect of laughter yoga on mood and heart rate variability in patients awaiting organ transplantation: a pilot study. Altern Ther Health Med 2012, 18:61–66.

8. Brown DK, Barton JL, Pretty J, Gladwell VF: Walks4work: rationale and study design to investigate walking at lunchtime in the workplace setting. BMC Public Health 2012, 12:550.

9. Dettoni JL, Consolim-Colombo FM, Drager LF, Rubira MC, Souza SBPC de, Irigoyen MC, Mostarda C, Borile S, Krieger EM, Moreno H, Lorenzi-Filho G: Cardiovascular effects of partial sleep deprivation in healthy volunteers. J. Appl. Physiol. 2012, 113:232–236.

10. Sales ARK, Silva BM, Neves FJ, Rocha NG, Medeiros RF, Castro RRT, Nóbrega ACL: Diet and exercise training reduce blood pressure and improve autonomic modulation in women with prehypertension. Eur. J. Appl. Physiol. 2012, 112:3369–3378.

11. Zuern CS, Rizas KD, Eick C, Stoleriu C, Bunk L, Barthel P, Balletshofer B, Gawaz M, Bauer A: Effects of Renal Sympathetic Denervation on 24-hour Blood Pressure Variability. Front Physiol 2012, 3:134.

Tags:, ,

Catégories : Hypertension, Néphrologie

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :