Biomarqueurs et insuffisance rénale aiguë

L’insuffisance rénale aiguë est associée à une mortalité élevée et à un risque accru d’insuffisance rénale chronique.

Il serait donc important de détecter précocement l’atteinte rénale afin de la prévenir. La créatinine est le biomarqueur qui permet de faire le diagnostic d’IRA, mais son augmentation est tardive ne permettant pas de faire de la prévention.

C’est pourquoi la Dre Niroshini Ariarajah s’est intéressée aux biomarqueurs urinaires et/ou sanguins qui permettraient de suspecter une IRA plus prématurément.1

Un biomarqueur est un paramètre biologique, détecté dans certains tissus ou liquides biologiques, qui permet de diagnostiquer ou de suivre l’évolution d’une maladie.

Schéma montrant le continuum de l’insuffisance rénale aiguë (c’est au stade intermédiaire que l’on aimerait pouvoir faire le diagnostic, avant la baisse du GFR):

La littérature recense 21 biomarqueurs urinaires et sanguins en cours d’investigations. L’article s’attarde sur les 5 plus prometteurs:

Cystatine C (urine & sang): est librement filtrée au niveau du glomérule, puis réabsorbée et entièrement catabolisée par les cellules du tubule contourné proximal. Ses avantages par rapport à la créatinine (moins influencée par l’âge, le sexe ou la masse musculaire) ne sont pas suffisamment convaincants et sont coût trop élevé pour recommander son dosage.

NGAL pour neutrophil gelatinase associated lipocalin (urine & sang): probablement le plus étudié (?) [voir ce billet pour ce biomarqueur] NGAL surtout urinaire est un bon outil diagnostique et pronostique de l’IRA (enfant > adulte).

KIM-1 pour kidney injury molecule-1 (urine): est une protéine transmembranaire d’origine tubulaire, indétectable chez le sujet sain. Son expression augmente lors de lésion au niveau du tubule proximal. Candidat potentiel.

IL-18 pour interleukine 18 (urine): est une cytokine proinflammatoire. Rôle à clarifier.

L-FABP pour liver-fatty acid binding protein (urine): est une protéine cytoplasmique exprimée de façon abondante dans les tissus avec un métabolisme actif des acides gras. Candidat potentiel.

Le concours de plusieurs biomarqueurs sera probablement nécessaire pour améliorer le diagnostic précoce et la prise en charge de l’IRA.

Références:

1. N. Ariarajah, E. Gerstel, P.-Y. Martin, B. Ponte. Biomarkers in acute kidney injury: an update. Rev Med Suisse; 7: 490 [télécharger l’article en français au format PDF, 565 Ko]

Tags:, , , , , ,

Catégories : Insuffisance rénale aiguë, Néphrologie

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :