Sirtuines et maladie polykystique rénale

La polykystose rénale autosomique dominante (ADPKD) touche une personne sur 1’000 dans la population générale. Elle conduit lentement les patients vers une insuffisance rénale terminale et l’on ne connaît pas de traitement efficace pour ralentir cette progression. Dernièrement l’inhibition de la voie mTOR par le Sirolimus (Rapamune®) ou l’Evérolimus (Certican®) et le blocage du récepteur V2 de la vasopressine par le Tolvaptan (Samsca®) ont été source d’espoirs, mais n’ont pas apportés les résultats escomptés.

La recherche continue pour trouver un traitement efficace.

Les sirtuines sont des enzymes (désacétylases) qui transfèrent le radical acétyl (COCH3) des protéines sur le sucre du Nicotinamide Adénine Dinucléotide (NAD). La plus connue est SIRT1 (silent information regulator 1) qui intervient dans différents processus (comme on peut le voir sur l’image ci-dessous): inflammation, restriction énergétique, biogénèse des mitochondries, résistance au stress, sénescence cellulaire, fonction endothéliale, apoptose et rythme circadien.

La vitamine B3 (également appelée vitamine PP) est la Nicotinamide. Elle provient de l’alimentation (essentiellement des viandes et des poissons), mais peut aussi être fabriquée à partir du tryptophane. Historiquement, le déficit majeur en vitamine B3 était la cause du pellagre (dermatite, diarrhée et à terme, démence) Cette maladie a aujourd’hui quasiment disparu, mais un déficit mineur en vitamine B3 peut survenir en cas d’alcoolisme chronique.

La vitamine B3 et le plus puissant inhibiteur connu des sirtuines.

Dans une étude sur les souris, Zhou et coll. arrivent à démontrer qu’un excès de SIRT1 participe à la formation de kystes rénaux et qu’en inhibant SIRT1 avec le nicotinamide, ils arrivent à retarder cette kystogénèse, et cela même in utero. La nicotinamide semble bien toléré et pourrait être une nouvelle voie à investiguer pour les patients avec maladie polykystique.

La vitamine B3 pour ralentir la kystogénèse ?

Source

  • Le tolvaptan pour le traitement de la polykystose rénale autosomique dominante – état actuel des connaissances Forum Med Suisse 2014 
  • Adlouni Al A, Hertig A: La vitamine B3 pour prévenir la polykystose rénale autosomique dominante. Nephrol Ther 2014, 10:183–185.
  • Zhou X, Fan LX, Sweeney WE Jr., Denu JM, Avner ED, Li X: Sirtuin 1 inhibition delays cyst formation in autosomal-dominant polycystic kidney disease. J Clin Invest 2013, 123:3084–3098.
  • Knip M, Douek IF, Moore WP, Gillmor HA, McLean AE, Bingley PJ, Gale EA, European Nicotinamide Diabetes Intervention Trial Group: Safety of high-dose nicotinamide: a review. Diabetologia 2000, 43:1337–1345.

 image vedette

Tags:, , ,

Catégories : Néphrologie, Rein et maladie systémique

Auteur :Dr Vincent Bourquin

Néphrologue blogueur

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

un commentaire le “Sirtuines et maladie polykystique rénale”

  1. Coulibaly
    1 novembre 2014 à 07:15 #

    A suivre

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :