Archives de Tag: maladie polykystique

Enfin un médicament pour ralentir la progression de la PKRAD !

Depuis le 1er novembre, le Jinarc®(tolvaptan, commercialisé par Otsuka) est disponible en Suisse pour le traitement de la polykystose rénale autosomique dominante (PKRAD). Le traitement par tolvaptan permet un ralentissement de la progression de la PKRAD [1]: réduit l’augmentation du volume rénal total (VRT) de 49% (5.5 à 2.8% par an) ralentit la diminution du […]

Lire la suite

Sirtuines et maladie polykystique rénale

La polykystose rénale autosomique dominante (ADPKD) touche une personne sur 1’000 dans la population générale. Elle conduit lentement les patients vers une insuffisance rénale terminale et l’on ne connaît pas de traitement efficace pour ralentir cette progression. Dernièrement l’inhibition de la voie mTOR par le Sirolimus (Rapamune®) ou l’Evérolimus (Certican®) et le blocage du récepteur V2 […]

Lire la suite

« Localisation » d’un questionnaire médical pour polykystose rénale

SPECTRUM TRANSLATION, une compagnie internationale de traduction, cherche des patients suisses, parlant le français souffrant d’une polykystose rénale, afin de traduire correctement un texte, en faisant de la « localisation ». les entrevues auront lieu dès le 10 juin 2013, dans un endroit qui convient à chaque participant un texte de 575 mots en français devra être […]

Lire la suite

2e journée romande d’uro-néphrologie

2e journée romande d’uro-néphrologie intitulée: « LES KYSTES » Voici les notes que j’ai prises durant cette journée. Vous remarquerez qu’elles diminuent au fur et à mesure que l’heure avance dans l’après-midi… Je n’ai pas consigné les cas cliniques. C’est bien sûr ma seule compréhension des présentations qui nous ont été données. Peut-être que j’arriverai à vous […]

Lire la suite

Prise en charge de la maladie polykystique

Pour faire suite au billet du 18 janvier, voici quelques indications pour la prise en charge de la maladie polykystique: Inhibition de la sécrétion de fluide dans les kystes antagonistes du récepteur de la vasopressine: étude de phase III avec le tolvaptan qui agit au niveau de l’AMP cyclique  en inhibant le récepteur V2 au […]

Lire la suite

Pathogénèse de la maladie polykystique rénale

La maladie polykystique rénale autosomale dominante (ADPKD) est due à deux déficits génétiques distincts (peut-être 3) – PKD 1 et PKD 2. ADPKD type 1 avec mutation de PKD 1 sur le bras court du chromosome 16 (85% des cas). Le gène PKD 1 code pour la polycystin-1 (PC1) qui joue un rôle déterminant dans […]

Lire la suite