Prise en charge insuffisance rénale aiguë

OUT OF DATE

S’assurer que les examens suivants sont effectués ou en cours:

  • Na, K, CI, C02 total, Ca, glucose, osmolarité mesurée
  • gazométrie
  • spot urinaire(avant tout traitement si possible): Na, K, Cl, protéine, urée, créatinine, osmolarité
  • FSC simple et crase
  • sédiment urinaire
  • Liste précise des médicaments du patient (demander une fois, puis redemander…)
  • Diurèse: anurie – oligurie – nonoligurie (+ que 500 cc/24h).
  • Insuffisance rénale préexistante?
  • Echographie des reins ( en urgence aux urgences si nécessaire ): éliminer une obstruction – estimation de la taille des reins (petits reins si inférieurs à 9 cm ➠ évoquent IRC préexistante ou reins taille normale compatibles avec IRA).

Avec ces examens on peut élaborer le diagnostic différentiel classique

Pré-rénal

«No BP, No pee pee.»

L’hypovolémie vraie ou relative (diminution du volume circulant effectif) de n’importe quelle origine est responsable d’une baisse du débit plasmatique rénal et du taux de filtration glomérulaire (GFR).

Pour différencier entre une origine rénale ou pré-rénale, les meilleurs marqueurs sont le Na urinaire et la  FENa

(la FEUrée en cas de prise de diurétiques).

Na urinaire: inférieur à 20

FENa: inférieur à 1%

Pour se rappeler de l’équation de la FENa, attention car c’est un petit nombre (surtout avant de le multiplier par 100): se souvenir que les petits chiffres vont au numérateur (en haut) et les grands au dénominateur (en bas)

La FENa est meilleure si le patient est oligurique.

En cas d’insuffisance rénale chronique préxistante, ces index ne sont pas fiables, idem si sous diurétiques.

La FENa peut être inférieure à 1% (faux positif) malgré une NTA (nécrose tubulaire aiguë) en cas de cirrhose, d’insuffisance cardiaque ou chez les brûlés. Elle peut être abaissé en cas de néphropathie au produit de contraste, de rhabdomyolyse ou de GN aiguë.

Si vomissements ou cétose faire les index avec le chlore car le sodium peut être faussement élevé dans les urines (perte obligatoire).

FEurée: inférieur à 35% en cas d’utilisation de diurétique

Il peut être difficile d’avoir une idée du volume efficace du malade, la PVC et la Wedge sont utiles mais pas toujours disponibles en urgences. Il faut alors faire un test de remplissage quand les conditions hémodynamiques le permettent. Ce dernier doit toujours être limité dans le temps et la quantité.

On peut également doser le Iysosyme urinaire qui sera augmenté en cas de NTA et normal en cas de prérénal.[Schweizerische medizinische Wochenschrift 1970; 100(45) : 1903-7.]

Normalement, à ce stade votre choix est maintenant fait pour une cause pré-rénale:

  • vous continuez un remplissage avec si possible une PVC. Chez les patients cliniquement hypervolémique avec des évidences d’atteinte pré-rénale, le traitement doit être plus nuancé.
  • vous faites stopper tout ce qui est délétère comme IEC,AINS, etc.
  • vous améliorez l’hémodynamique, si c’est possible.
  • il n’y a normalement pas d’indication à l’hémodialyse dans ces cas-là.

Rénal

Diagnostic différentiel habituel de tous les textbook [penser aux causes vasculaires comme Ies embolies des artères rénales ou thromboses (affection cardiaque ou traumatismes abdominaux) ou encore les thromboses de la veine rénale ℅ les patients avec syndrome néphrotiques.]

C’est dans cette catégorie que l’indication à la dialyse se pose:

  • Hyperkaliémie (supérieur à 6 mmol) et anurie: commencer Glucose 20% 250 cc IV avec Actrapid 10 U et NaHCO3 (si acidose métabolique) pendant que la dialyse se prépare.
  • Surcharge hydro-sodée avec OAP et TA conservée.
  • Acidose métabolique sévère réfractaire ou non corrigeable sans risque hémodynamique (pH inférieur à 7.2-7.1).
  • Urémie: valeur absolue de l’urée peu importantes mais en moyenne supérieure à 40 mmol/l et surtout clinique avec signes neurologiques, surcharge hydrique, péricardite, etc.

Postrénale

L’anurie n’est pas forcément la règle.

Le traitement est la levée de l’obstacle en urgence par les urologues.

Pas d’indication à l’hémodialyse sauf exception à discuter avec urologues( p.ex néphrostomie impossible car OAP).

Vous devez dialyser

Toujours aux SI pour une dialyse en urgence.

Compter environ une heure de préparation pour l’infirmière donc l’appeler rapidement.

Les SI sont responsables de l’abord vasculaire. Si vous êtes intéressé à poser des cathéters de dialyse, voir avec les médecins en charge du patient aux SI.

  • Si disponible, faites un repérage échographique avec toute ponction !
  • Abord fémoral: peu de risque, facile (IVAN = intérieur,veine,artère,nerf) abord de choix ℅  patient intubé ou avec troubles de la crase.
  • Abord jugulaire interne: D mieux que G, abord peu être difficile, risque de ponction carotidienne, risque de. thrombose moins important que sous-clavier.
  • Abord sous-clavier: G mieux que D, abord plus facile selon morphologie, risque inhérent au geste le plus important surtout ℅ patient intubé. Risque de malfonctionnement (thrombose et stricture) important.
  • Si ponction artérielle: comprimer entre 10 et 15 minutes (rappel IR = souvent allongement du temps de saignement même si crase routine normal).
  • Si ponction et cannulation en artériel: comprimer minimum 15-20 minutes,changer de lieu de ponction, discuter desmopressine, ne pas dialyser avec héparine la première dialyse
  • Ne jamais essayer les 2 abords sous-clavier sans un contrôle Rx entre les 2.
  • Quand le cathéter est en place, rincer les 2 lumières au NaCl , si non utilisation pour une période de plus de 2-3 heures mettre dans chaque lumière: 7500 UI de Liquémine = 1,5 ml non dilué de Liquémine 5000. Cela fait donc 15000 en tout, donc toujours aspirer avant d’utiliser un cathéter de dialyse !

Si le patient est stable et que c’est la journée, l’alternative est de débuter au 8-AL.

Choix de la dialyse

  • Dialyse classique (au 8-AL): débuter avec ultrafiltration si OAP prédomine, dialyse sans tirage si trouble métabolique prédomine.
  • Débit 200 ml/minute.
  • Bain de dialyse: Sodium 140, Calcium 1.5, Bicarbonate 35
  • Potassium à discuter, habituellement 3.
  • Durée: 2 heures rarement plus pour la première dialyse.
  • Filtre low flux: M4.

Principe d’une dialyse en urgence: sortir le malade d’une situation dangereuse et non le remettre dans des conditions normales.

Principales complications:

  • Hypotension: non prévisible. – s’assurer que tout hypotenseur est stoppé (p.e TNT) – vérifier débit de la machine avec infirmière, diminuer le tirage au minimum – si insuffisant, remplir le malade, quitte à stopper la dialyse et rendre le sang – discuter des amines [mais alors, vous auriez mieux fait de débuter aux SI !], car dialyse veut dire augmentation du débit cardiaque – rechercher des autres causes (saignement: car sous héparine, septicémie, choc anaphylactique…)

10 Commentaires le “Prise en charge insuffisance rénale aiguë”

  1. pédatriebatna
    11 juillet 2011 à 06:53 #

    bonjours je suis un interne en médecine, je vous remercie pour cet article, à propos des indications de la dialyse en matière des insuffisances rénales aigues postrénales, et en cas par exemple de valve de l’urèthre post avec urétérohydronéphrose bilatérale chez un nourrisson qui se présente en état d’IRA sévère avec hyperurémie > 3g/l une hyper créatinémie à 98 mg/l une hyper kaliémie>7mEq/l une hyperuricémie à 120 mg/l et une acidose sévère avec respiration type Kussmaul; est-ce-que une néphrostomie bilatérale réalisée dans le cadre de l’urgence est suffisante pour faire rentrer dans l’ordre toutes ces perturbations biologiques ou bien une dialyse préalable s’impose.

    J'aime

    • 11 juillet 2011 à 06:58 #

      Cela dépend dans quel délai vous pouvez réaliser la néphrostomie, mais en attendant une diayse s’impose…

      J'aime

  2. pédatriebatna
    11 juillet 2011 à 07:32 #

    merci; en réalité c’était un tout petit nourrisson de 35 jours et l’un de nos pédiatres était contre cette dialyse péritonéale et d’après lui l’urgence c’était la néphrostomie qui va régler à elle seule cette IRA sévère.

    J'aime

  3. velonjara styvio
    7 mai 2014 à 13:14 #

    suis un interne, je cherche un article sur le PEC IRA ostructive pour mon thése

    J'aime

    • 24 mai 2014 à 11:43 #

      C’est plutôt les urologues qui s’occupent de la PEC des IRA obstructives !
      Je pense qu’il faut préciser ta demande.
      Bien à toi

      J'aime

  4. NephroLaura
    5 mars 2016 à 08:01 #

    Bonjour je suis residente en nephrologie.j aimerai savoir ce que signifie rein hyperechogene en cas d echographie renale chez insuffisance renale?Merci

    J'aime

  5. Dr Zerkout
    6 juillet 2016 à 03:39 #

    Bon jour , je suis medecin exerçant dans un centre de dialyse, et j’aimerai bien connaitre le plafond UF aux cours d’une seance de dialyse d’urgence en cas d’OAP sur insuffisance renale anurique.
    Merci pour cette article.

    J'aime

    • 30 juillet 2016 à 12:23 #

      Cher collègue,
      Personnellmeent je pense que 1’000 ml soit 1 litre par heure est l’UF maximum que l’on peut proposer à un patient. Techniquement, on peut monter beaucoup plus haut, mais mieux vaut allonger la séance s’il y a beaucoup de poids à perdre ou choisir une technique continue.
      Bien à vous

      J'aime

Rétroliens/Pings

  1. MedCalc (calculateur médical) version 2.7 à gagner! | NEPHROBLOG - 8 mai 2013

    […] Prise en charge insuffisance rénale aiguë […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :