L’étude COOPERATE, que du flan!

L’étude COOPERATE (Combination treatment of angiotensin-II receptor blocker and angiotensin-converting-enzyme inhibitor in non-diabetic renal disease) a été publié en 2003 et a souvent été cités (715 fois pour être précis) comme rationnel à l’association d’un IECA et d’un sartan pour diminuer la protéinurie chez les patients avec insuffisance rénale chronique d’origine non diabétique. Elle a été conduite chez 263 patients dans un seul centre et publiée dans le Lancet.

Nakao et coll. montrait avec cette étude que l’association losartan et trandolapril vs une monothérapie de l’un ou de l’autre était plus efficace sur l’endpoint primaire, à savoir le doublement de la créatinine ou une insuffisance rénale terminale. Tout va bien, jusqu’en 2008, où l’étude ONTARGET ne retrouve pas d’effet bénéfique de l’association du ramipril avec le telmisartan sur l’évolution rénale, au contraire!

Une méta-analyse est réalisée en 2008 par Kunz et coll. de Bâle avec ce commentaire pour l’étude de Nakao et coll.

We excluded 1 eligible trial because of serious implausibilities that contact with the publishing journal could not resolve.

On retrouve les inconsistances dans une lettre publiée dans le Lancet en mai 2008. En particulier, l’équilibre entre les groupes est trop parfait! L’étude est finalement retirée en octobre 2009!


Deux commentaires de ma part: incroyable que l’on puisse vouloir faire de fausses études (pourquoi, dans quel but, qui, comment…) et heureusement que la précision suisse veille au grain!

2 commentaires

  1. Ontarget n’évalue pas la néphroprotection du moins en critère primaire. Il ne s’agissait pas de patients protéinuriques de plus.
    La méta analyse montre que l’association est plus efficace pour réduire la protéinurie, ce qui est un critère je le concède mou par rapport à la survie rénale.
    Enfin, il n’est pas étonnant que les gens trichent dans un monde ou domine le publish or perish.

    J'aime

  2. On est bien d’accord que l’étude ONTARGET évaluait la non-infériorité du telmisartan vs le ramipril et la supériorité de la combinaison telmisartan + ramipril vs ramipril chez des patients à haut risque cardiovasculaire et ceci chez un nombre considérable de patients (environ 8500 dans chaque groupe!). L’endpoint primaire était composé (mort CV, infarctus…). Les résultats attendus étaient l’équivalence du telmisartan par rapport au ramipril dans cette population avec moins d’angioedème. Ce qui l’était moins, et le propos de mon billet, était le manque de bénéfice d’un traitement combiné et même un effet délétère d’une double association sur le devenir rénal (doublement créatinine, mise en dialyse…) Cette étude a donc remis en question la double association même si celle-ci diminue plus la protéinurie (propos de la méta-analyse).
    « The results of ONTARGET challenged the validity of proteinuria as a useful and relevant marker of renal outcome and cardiovascular risk »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.